Une exposition en l'honneur de Robert Wilson chez Ketabi Bourdet

Louise Conesa, Ideat, 17 May 2022
Du 19 mai au 18 juin, la galerie Ketabi Bourdet, présente l’artiste et metteur en scène américain Robert Wilson. Découverte d’un plasticien encore méconnu en France.
 
S’inscrivant dans le parcours du Paris Gallery Week-End, la galeriste Charlotte Ketabi-Lebard au côté du spécialiste en design Paul Bourdet, met en lumière l’œuvre de Robert Wilson à travers l’exposition A Chair and its shadow.L’occasion de comprendre cette personnalité audacieuse dont le travail mêlant design et arts vivants, a marqué le mobilier des années 1970 à nos jours.
 
Robert Wilson et le design théâtral
C’est une chaise découverte chez son oncle durant son enfance qui suscite chez Robert Wilson une fascination pour le mobilier. Une assise du Nouveau Mexique en bois, très étroite et à haut dossier, qui trône alors dans un lieu dépouillé : ce minimalisme des formes et de l’espace sera le modèle à suivre pour ses futures créations.
L’objet n’est plus un élément de décoration mais une véritable présence, presque humaine, qui habite l’espace. Peu étonnant que le designer se soit engagé vers l’univers théâtral. De l’opéra classique de Madame Butterfly à ses propres pièces comme The Black Rider, le plasticien repense la scène avec un regard marqué par le design des années 1980.
Ici, la forme prend le dessus sur la fonction, jusqu’au réel inconfort. Comme le démontre son iconique chaise Hamletmachine en métal perforé. Les lignes sont droites, d’un style industriel poussé à l’extrême pureté. À l’image des acteurs qui jouent un rôle, les chaises s’émancipent de leur fonction pour participer à la pièce par leur présence. Elles structurent l’espace de leurs silhouettes radicales et par un jeu de lumière, essentielle dans l’œuvre de Robert Wilson, apportent une nouvelle expressivité théâtrale.
Exposition A Chair and its shadow chez Ketabi Bourdet
Personnage central dans le théâtre moderne, Robert Wilson est célébré dans la galerie Ketabi Bourdet à travers un un ensemble de dessins préparatoires et de chaises qui illustrent ses recherches. Celles de la lumière, primordiale dans la genèse de ses pièces. Celles du minimalisme qui régit la forme des chaises et la composition scénique. Et celles d’un projet global dans lequel chaque élément mis en scène – de l’acteur au mobilier – a son importance. Tel un architecte ou un peintre, l’Américain assemble et compose un espace dont la pureté met en lumière l’éloquence du spectacle vivant.
14 
of 37