Le design se porte bien à Bâle

Armelle Malvoisin, Le Quotidien de l'Art , 14 June 2023
Design Miami/Basel a pré-ouvert ses portes à un public de VIP le lundi 12 juin à midi, soit avant les preview de la foire Art Basel, s'assurant ainsi d'un plus nombreux public. Avec la suppression de l'étage du Hall 1 Sud, la foire s'expose désormais au rez-de-chaussée, avec une circulation plus fluide. L'espace étant plutôt réduit, 26 galeries en arts décoratifs historiques et contemporains ont été sélectionnées, au lieu de 34 l'an dernier. 
Les ventes sont allées bon train dès les premières minutes. Ainsi la galerie parisienne Ketabi Bourdet a fait florès avec un ensemble de 15 chaises mythiques des années 1980, comme la Green Street (vers 1984) de Gaetano Pesce, la Kolton chair (1985) de Pierre Staudenmeyer, le tabouret  WW (1990) de Philippe Starck ou la Paire-la-chaise (1990) des frères Morellet. Huit sur 15 assises ont trouvé preneur dans l'heure d'ouverture auprès de collections françaises, belges, suisses et américaines, dans une fourchette de prix de 5000 à 28 000 euros.
Les assises étaient aussi à l'honneur sur 80 années de création à la galerie américaine Friedman Benda, d'Andrea Branzi à Ron Arad en passant par Wendell Castel, Shiro Kuramata et Ettore Sottsass pour l'ancienne génération de designers, et pour les plus jeunes, Paul Cocksedge, Samuel Ross, nendo, Faye Toogood et Joris Laarman. La Bone chair (2006) de ce dernier, construite sur un modèle de croissance osseuse à l'aide de l'intelligence artificielle, a d'ailleurs reçu le prix de l'objet contemporain de la foire.
Pour la première fois cette année, Design Miami/Basel a lancé une série de trois prix, récompensant du prix de l'objet historique une table haute en bronze patiné, décorée de caryatides, réalisée vers 1976 par Diego Giacometti, chez le marchand parisien Jacques Lacoste. Le 3e prix, celui du stand, est revenu à la galerie parisienne Downtown, pour sa présentation très architecturée de meubles de Charlotte Perriand autour desquels gravitaient des pièces signées Prouvé, Janneret, Mouille, Jouve, Arad et Caldas. Il est vrai que chez Downtown, on oubliait presque qu'on était dans une foire. 
65 
of 123